Sur un air d’autrefois…

« The coming of Father Chrismas » 1894

Maman raconte-moi ton Noël

Nous chantions avec allégresse lors de la veillée de Noël, nos yeux ébahis scintillaient de mille étincelles radieuses devant la farandole sacrée des flammes de la cheminée. Les guirlandes de houx aux baies d’un rouge éclatant décoraient la machine à coudre figée dans une poussière constellée des simples étoiles de notre imaginaire d’enfant. Sur la crédence de la cuisine s’éternisait une odeur alléchante de gâteaux sablés posés sur une assiette en porcelaine. Et quelle porcelaine ! La jolie ménagère parée d’un tourbillon de fleurs printanières, cadeau de mariage précieux que l’on ne sortait du placard que pour les grandes occasions… Nous n’échappions pas à la règle des traditions séculaires, d’ailleurs derrière notre porte accueillante, il y avait toujours une histoire singulière à raconter, il va s’en dire une histoire vraie un peu enjolivée, mais qui semblait s’être envolée d’un conte de fées bien sûr ! En ce jour béni par le calendrier des saints, le vieux matou aux poils ébouriffés fanfaronnait sans craindre un malheureux coup de balai ! Notre compagnon hirsute s’acharnait sans scrupules dans une mascarade de miaulements intempestifs, toutes griffes dehors sur le coussin douillet du fauteuil en osier. Point de réprimandes ce jour-là !

Enfin dans un silence religieux maman sortait de leurs boîtes en carton des figurines naïves aux indescriptibles nuances d’or. Les visages des santons provençaux nous décrochaient des sourires complices sous la lumière de la plus douce nuit de l’année. Derrière le papier kraft froissé les boules de Noël au verre mercurisé affichaient à nouveau leurs décorations hivernales. Les images illustrées aux incroyables couleurs sépia reprenaient du service sous nos petites mains fébriles. Au fil des heures qui défilaient, notre cœur battait la chamade avec les crépitements des bougies allumées. Les aiguilles de l’horloge en noyer trottaient « bien trop lentement à notre goût ». Après minuit, le sapin roi couronné révélait de somptueux trésors : poupées de chiffon, voitures mécaniques, jeux en bois confectionnés par le menuisier du village. Clémentines, friandises et fruits secs : des étrennes fabuleuses parfois des petits riens qui suscitaient tellement d’admiration et de joyeux tapages… Bien des années plus tard, j’ai compris que Noël était certes un jour spécial , mais que nos parents peu « argentés » avaient su faire de ce moment particulier une fête d’amour, de partage et de magie inaltérable…**

« Maman raconte-moi ton Noel » *MOINE Corinne


Photo authentique début 1900

Cet article est en cours de changement, vous y verrez bientôt de nouvelles photos anciennes authentiques. Merci de repasser dans quelques jours….


L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est le-saule-et-leglantine_logo-3.png.

Rédaction/Moine Corinne

*Les photos estampillées LS&L sont soumises à des droits d’auteur.

*Les textes sont l’entière propriété intellectuelle de la rédactrice.

0 0 vote
Évaluation de l'article
Subscribe
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments