Histoire de vie peu ordinaire

Cœurs de Marie sous la rosée matinale

Chemin de la fin…

Je ne sais par quelle étrangeté du destin, ce bout de chemin habillé de graminées et de plantains, me ramena avec une subite effervescence vers les temps chéris de mon enfance… Une vieille ferme aux tonalités crayeuses, isolée sur un fond d’aquarelle champêtre, me donna l’illusion de revenir à la maison !

Qui n’a pas éprouvé cette intrigante sensation de déjà vu, alors qu’un lieu vous était jusqu’alors totalement inconnu ! Oserai-je vous dévoiler, que bizarrement happée par mes pensées sous l’attraction de la merveilleuse atmosphère, je pressentis une ombre éthérée agiter des grappes de Cœurs de Marie...

Alors que le soleil inondait le fouillis fleuris du jardin, l’ombre chancela en faisceaux lumineux et je crus discerner quelques mots qui semblaient m’être destinés.

« Il y a bien longtemps… tu sais  »

« Qui venait donc interrompre la course vertigineuse de mon esprit ? »

Je compris que Lydie la grand-mère aux joues couleur de rose trémière, voulut me dévoiler les amers secrets de son existence…

« Histoire de vie peu ordinaire » écrit par MOINE Corinne

Cliquez pour situer le lieu dit « Chemin de la fin »


Lydie et Marius…

Lydie naquit à Bange* en 1908…

Derrière ses joues pommelées de rose se dessinait déjà l’énergie d’un caractère…

Pas le temps de s’attarder sur ce fruit du hasard, bien vite d’autres naissances viendront rythmer la grâce miséricordieuse des saisons.

Autrefois ne comptait que travail et respect des traditions, Lydie fut dés l’enfance aguerrie aux rudiments des champs, ainsi cultiva-t-elle année après année ce vivace attachement à la terre.

Vingt ans ! Premier serment d’amour, l’été des moissons accompagna de ses gerbes blondes un bruyant cortège de chariots fleuris…

Lydie épousa Marius.

Par six fois le ventre de Lydie s’arrondit, curieusement plus il y a d’enfants plus la vie s’accélère !

En 1952 regrettable coup du sort, Marius se noya dans la fosse à purin…

On lui fit un bel enterrement, les uns fustigèrent le destin, les autres calomnièrent le Bon Dieu !

Une vie tout entière consacrée à un labeur acharné, résumée à un cercueil et quelques condoléances embarrassées !

La ferme de Lydie et Marius nécessita qu’ils vivent à crédit, une dette d’honneur** courrait encore…

Quelques semaines suffirent, pour que le créancier sans vergogne exigea son argent.

Lydie entérina l’affaire en cédant à contrecœur son héritage, des noyers centenaires jadis plantés par ses aïeux.

L’honneur fut sauf mais le sacrifice douloureux.

Durant l’hiver qui suivit cette triste affaire, un froid polaire balaya le hameau de Clarafond-Arcine tant et si bien que les noyers convoités par le vorace créancier, gelèrent sur pied…

Coïncidence ou protection d’un ange, vous choisirez la tournure qui vous arrange…

« Histoire de vie peu ordinaire » écrit par MOINE Corinne


Épilogue

Je soupçonne déjà votre interrogation ? Lydie a-t-elle vraiment existé ? Et bien oui, tout est vrai dans cette histoire peu ordinaire ! Lydie Bernard était la grand-mère de mon mari, elle s’est éteinte en 1984 à l’aube de ses 76 ans… Au dit « Chemin de la fin », vous apercevrez la ferme de Lydie et Marius, plantée dans son décor champêtre. Lydie et Marius reposent désormais dans le cimetière de Clarafond-Arcine.

Lydie et Marius serrés l’un contre l’autre avec la pudeur des sentiments partagés !

*Photo de mariage réalisée à Bange (Clarafond-Arcine Haute-Savoie)

Nota bene : ** Autrefois dans les campagnes, la dette d’honneur faisait office de contrat moral entre deux parties (débiteur/créancier), ce contrat de confiance déshonorait son débiteur si il n’était pas respecté. Un paysan déshonoré préférait mettre fin à ses jours plutôt que de subir la honte.

*Bange est situé au bord du Rhône/commune de Clarafond-Arcine

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est le-saule-et-leglantine_logo-3.png.

Rédaction/Photos/Moine Corinne

*Les textes sont l’entière propriété intellectuelle de la rédactrice.

*Les photos estampillées LS&L sont soumises à des droits d’auteur.

5 1 vote
Évaluation de l'article
Subscribe
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments