Abbaye d’Hautecombe

« J’aime à croire qu’en ce lieu voué au silence, s’invite dans le dédale des ombres d’une nuit d’été, la mystérieuse lumière de Saint Bernard. »

Une légende tombée du ciel !

« En l’an 1125, Saint Bernard qui traversait les Alpes pour rencontrer les disciples de Saint Bruno ; communauté monastique de la Grande-Chartreuse, projeta une halte chez ses frères d’Hautecombe.

Alors que le silence de la nuit figeait Cessens dans l’ombre, il eut la vision d’une lumière s’élevant de l’antique prieuré jusqu’aux roches de Charaïa** situées sur la rive opposée du lac du Bourget.

Sous la houlette de leur abbé Vivien, les moines s’installèrent à l’endroit désigné par la vision de Saint Bernard. »

Ainsi fut scellé le destin de l’Abbaye d’Hautecombe, teinté de prospérité et de décadence…

Rédaction/Photos/MOINE Corinne

*L’Abbaye d’Hautecombe est localisée sur la commune de Saint-Pierre-de-Curtille (Savoie)

**Charaïa était un petit village




Le saviez-vous ?

  • Les sculpteurs utilisèrent la pierre blanche de Seyssel et du marbre de Carrare pour réaliser les 80 statues de l’église.
  • Les deux enfants accompagnant Marie-Christine de Bourbon-Siciles sur son sépulcre, symbolisent sa foi et sa charité.


L’Abbaye d’Hautecombe…

#Un peu d’histoire

L’Abbaye d’Hautecombe émana de la rencontre d’une petite communauté de moines désireux de se retirer du monde et d’un homme mystique, promoteur de l’ordre Cistercien : Bernard de Clairvaux (1090/1153).

Comme le souligne l’historien Blanchard Claudius (1836/1900) dans ses écrits de 1874, l’autre rive du lac du Bourget, abritait jadis le prieuré originel d’Hautecombe.

« Sur les flancs escarpés du massif de la Chambotte* dans une haute combe, quelques hommes dévoués à la cause de Dieu s’établirent dès l’an 1101… »

Sans nul doute, la garnison installée dans la forteresse médiévale** avoisinant le monastère de Cessens***, persuada Saint Bernard de choisir un lieu plus propice au silence !

Les moines s’établirent sur l’autre rive du lac, toutefois ils conservèrent l’appellation d’Hautecombe.

Les Princes de Savoie apportèrent prospérité et renommée à l’Abbaye d’Hautecombe ; notons au passage que « la bonne fortune » connait souvent des revers pernicieux !

Placée sous le régime de la commende, l’abbaye « florissante » attisa la convoitise de personnages puissants, plus enclins à disposer de ses revenus qu’à s’enquérir des travaux nécessaires, en définitive église et bâtiments tombèrent en ruine !

La tourmente révolutionnaire asséna le coup de grâce fatal à l’Abbaye d’hautecombe…

*Lieu-dit plateau de Paquinôt

**Château de Cessens-Vieux ou tour de César

***Les moines bénédictins de l’Abbaye de Cessens furent probablement originaires de l’Abbaye d’Aulps en Chablais.

Des documents historiques attestent que le transfert des moines de l’Abbaye d’Hautecombe fut effectif en l’an 1139 et non en 1125.

Localisation du site originel d’Hautecombe : ici

Localisation des ruines du château de Cessens : ici

Source : Histoire de l’abbaye d’Hautecombe en Savoie avec pièces justificatives inédites / Claudius Blanchard | Gallica (bnf.fr)


Le saviez-vous ?

  • En 1840, un agriculteur mit au jour des objets en fer, des pièces de monnaie et des ossements sur les terres de Cessens, selon toute vraisemblance les ruines de l‘Abbaye originelle d’Hautecombe et de son cimetière.
  • Blanchard Claudius, aurait à son époque examiné de curieux moellons cintrés, constituant l’entrée principale de la plus ancienne maison du village, sa découverte accrédita l’existence d’une construction fort ancienne en lieu et place de Cessens.

Grange batelière, quésaco ?

#Une grange du XIIe siècle !

Les moines de l’Abbaye d’Hautecombe ne purent assurer leur subsistance en ne cultivant que l’étroite terre où ils se trouvaient.

Il fut donc nécessaire de construire cette grange au bord de l’eau afin de réceptionner et conserver les victuailles.

Les barques entraient dans le bassin communiquant avec le lac du Bourget par la grande arcade, on déchargeait grains et fourrage provenant des terres cultivées sur l’autre rive.

Une partie des provisions était stockée dans un grenier occupant l’étage supérieur de la grange batelière.

Aujourd’hui encore nous pouvons admirer cette bâtisse massive, dépourvue d’artifices, en tout point fidèle à l’architecture Cistercienne.


Lithographie d’Hautecombe

En 1860, suite au traité de Turin, Napoléon III commanda un luxueux prospectus destiné à la bourgeoisie française, présentant les départements nouvellement annexés à la France : Nice et Savoie*. Y figurèrent des lithographies de l’Abbaye d’Hautecombe, réalisées par l’artiste Félix Charles.

*Le titre complet/ Nice et Savoie : sites pittoresques, monuments, description et histoire des départements de la Savoie, de la Haute-Savoie et des Alpes-Maritimes (ancienne province de Nice), réunis à la France en .

*Édité en 1864, puis réédité plusieurs fois depuis cette date.

Source : qallica.bnf.fr/Bibliothèque municipale de Grenoble

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1095410z/f69.item

Cliquez les archives pour les agrandir


Le saviez-vous ?

  • Les travaux consistant à annexer la tour phare dite tour Marie-Christine sur la chapelle Saint-André, furent achevés en 1833.
  • Les moines allumaient un feu au sommet de cette « tour phare » afin de guider les bateliers en difficulté sur le lac du Bourget.
  • Christine de Bourbon-Siciles (1779-1849) y aménagea ses appartements.

Renaissance de l’Abbaye d’Hautecombe

Difficile d’imaginer que l’Abbaye d’Hautecombe* fut jadis une citadelle déchue, dépouillée de ses splendeurs sous la Révolution.

Les quelques moines restés sur place sauvèrent ce qui put l’être avant leur départ forcé, ils assistèrent avec horreur au pillage de leur monastère.

Les terres d’Hautecombe et les bâtiments attenants furent vendus en 1796 à plusieurs acquéreurs.

De 1799 à 1804, les nouveaux propriétaires installèrent une faïencerie dans les vastes bâtiments, le four prit place sous la coupole de l’église !

Hautecombe sombra peu à peu dans l’oubli, noyée sous un dédale de végétation, ses tombeaux profanés et pillés ouverts aux quatre vents…

En 1816, le romancier Alphonse de Lamartine* trouva l’inspiration dans ce décor jonché de lierres, de colonnes et de gisants.

Lors d’un périple à Aix-les-Bains, Charles-Félix de Savoie (1765/1831) aperçut Hautecombe depuis la rive opposée du lac du Bourget.

Il s’émut à la vue de cette ruine ; nécropole de ses ancêtres, émergeant fièrement de la végétation.

Faut-il imaginer qu’en ce jour de juillet 1824, une ondée de lumière éclaira miraculeusement le lieu ?

Toujours est-il que Charles-Félix écrira : « avoir été choisi par la divine providence pour relever les ruines de l’église d‘Hautecombe« .

Saint Bernard aurait-il veillé à ne point faire mentir la légende ?

Je vous laisse à votre réflexion !

Bonne lecture…

*Octobre 1816, Alphonse de Lamartine qui traversait le lac du Bourget pour se rendre à Hautecombe, sauva Julie Charles de la noyade.

Une grotte localisée à Bourdeau/grotte Lamartine (73370) abrita leur amour clandestin.

Localisation de la Grotte de Lamartine : ici

Abbaye d'Hautecombe Albert Moine Anglefort automne Bange bassy blessure blues bonbon bouquet bricelets campagne catéchisme chapelet Chaumont Chindrieux château Chésery clarafond-arcine coutume dorches enfance Entremont forêt gargouille globe de mariée glycine Hautecombe Lourdes légende Massabielle missel noël patrimoine paysage Platière Pouilly poupée rose Sabine Sicaud Savigny seyssel shirin-yoku sylvothérapie Vuache

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est le-saule-et-leglantine_logo-3.png.


*Les photos estampillées LS&L sont soumises à des droits d’auteur.

*Les textes sont l’entière propriété intellectuelle de la rédactrice.

Subscribe
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
0
Would love your thoughts, please comment.x