Poésie du vieux monde

Au pied du Vuache, l’illustre hameau de Chaumont veille sur ses légendes… (Haute-Savoie)

Chaumont

Le hameau sur le mont

Caressée par la frêle lumière du jour, St Agathe sème aux vents turbulents ses heures d’un autre temps.

Adossée à son illustre mont comme perchée sur le toit de son monde, l’église au clocher lustré d’écailles bourdonne entre ciel et champs !

De la noirceur de ses hivers aux ritournelles fanées de ses étés passés, Chaumont veille jalousement sur son fouillis de vieux contes qui pourraient bien « soit dit en passant », vous ensorceler l’esprit ! Car sous les flancs rocailleux du Vuache vagabondent de funestes histoires englouties par le loup sorcier des légendes….

De l’embrasure silencieuse des volets mi-clos, filtrent la senteur âcre du buis béni accroché aux crucifix des chambres et la mémoire émue des vieillards qui n’avaient nul autre désir que de voir reverdir chaque printemps le parasol feuillu des tilleuls.

« Il n’est pas de plus tragiques poésies que les souvenirs qu’on oublie… »

Dieu qu’il s’en souvient l’auguste village, des divins matins de communions quand les enfants portaient les fleurs en couronne tels de candides chérubins. Comment aurait-il oublié les croix enrubannées des rogations et les amoureux du cortège chapeautés par le ballet étrange « des grenouilles de bénitier »* en habit du dimanche.

Noyée sous sa lucarne de verdure, la Vierge* veille sur ses enfants chéris disparus pour l’éternité sous les lumières lascives des tonnelles empourprées de glycines là où embaumait jadis le chapelet miraculeux des roses .

« Merci Marie de veiller sur la beauté simple des choses… »

Flânent au dessus de la croix à jamais suspendues dans les airs, la grisante farandole de l’hirondelle voyageuse dont le nid chevauchait la poutre bancale des granges et la prière de l’aïeul qui remerciait le ciel d’avoir offert le blé* à ses terres hostiles :

« Que Dieu tout puissant bénisse mes champs et les petits oiseaux… »

Coiffée des rayons d’or d’un soleil triomphant, la forteresse ruinée sublime le mont « chauve » aux contreforts verdoyants..

Et qu’importe si l’histoire raisonne comme une fin amère, qu’importe si les gloires d’autrefois ne sont aujourd’hui que pierres gisantes et bouquets d’ombellifères…

Ici le vieux monde susurre à l’oreille de qui veut bien l’entendre les soupirs énamourés des seigneurs et des bergères !

« Poésie du vieux monde » écrit par MOINE Corinne

Nota bene : une excavation en forme de grotte (Lourdes) supplantée d’une statue de la Vierge est visible sur le chemin qui mène aux vestiges de Chaumont.

*Chaumont était autrefois le grenier à blés du Bugey, ses riches entrepôts alimentaient les marchés de Rumilly, d’Annecy et de Genève.

*Grenouilles de bénitier / femmes dévotes


St Agathe la bien nommée

Le cœur de Chaumont

Vestiges entre terre et ciel

Forteresse légendaire

Poètes en herbe


Vestiges bucoliques…


Chaumont en quelques mots …

Le hameau de Chaumont situé en Haute-Savoie au pied du Vuache tire son nom du latin « calvus mons » signifiant « mont chauve ». Un nom sans ambiguïté d’ailleurs, car il évoque le mont sur lequel en 1124 fut édifié son château fortifié, construit à l’initiative des Comtes de Genève. L’emplacement dominant ne laisse planer aucun doute sur les intentions stratégiques d’autrefois, en effet bon nombre de nos forteresses veillaient sur des voies de communications fluviales (Rhône) ou terrestres (ici Lyon et Genève/route du sel). Si désormais il ne subsiste du majestueux château que des ruines éparses, il est à noter que l’on doit la restauration des vestiges de ce précieux héritage patrimonial à l’association : Ké Viva Chaumont et aux Chaumontois passionnés. Le joli bourg affiche quelques discrètes pépites de son histoire moyenâgeuse : un pêle-mêle de fenêtres couronnées de charmantes accolades. Les saisons qui défilent sont l’occasion de découvrir multiples facettes de ce village à la bienveillante quiétude. Son patrimoine hétéroclite saura interpeller les promeneurs amoureux des balades teintées de poésies.

Belle découverte...


Mémoire de pierres…


Légendes au pied du Vuache…

#Chaumont et le grand méchant loup…

De mystérieuses légendes hantent encore nos villages du Vuache; ours et loups peuplèrent jadis notre contrée jusqu’à leur totale extinction… Entre 1748 et 1751 les attaques de loups furent légion sur nos territoires, les disparitions inexpliquées imputées à la bête défrayèrent « les chroniques » des populations rurales. Le paisible hameau de Chaumont connut son lot de tristes histoires, anecdotes fantasques ou réalité, nul ne le saura probablement jamais ! Sur les contreforts du Vuache naquit la légende des Loups-Garous, des êtres mi-hommes, mi-animaux, des hommes « sorciers » qui utilisaient une peau d’ours ou de loup, pour se transformer en une bête sanguinaire !

Vous connaissez la suite : le conteur en faisait son ouvrage !

Faune de l’eau, effigie fontaine et bassin chemin rural de l’Eluiset (Chaumont74)

À une époque aussi rationnelle que la nôtre et si il n’est nul besoin de bafouer les récits mémorables de nos anciens, on peut cependant se poser la question si nos fieffés aïeux n’avaient pas endosser la peau du loup pour chasser quelques mécréants de leurs terres ! Car si la présence du canidé en pays du Vuache est avérée par l’Histoire, il n’en reste pas moins que nos vieux paysans réfractaires aux étrangers « du village d’à côté » et de surcroît férus de légendes auraient peut-être « mis en pratique à bon escient » de sinistres mascarades pour servir leur cause ! De nombreuses anecdotes tentent à prouver que de grincheux terriens utilisaient des méthodes peu orthodoxes sous couvert « de sorcellerie déguisée » pour repousser les voleurs : corbeau cloué aux portes des fermes -coutume paysanne contée par mes grands-parents-Ain-

#L’ours, mythe ou réalité ?

Jadis l’ours prospéra dans le massif montagneux du Vuache (grottes de Balme/Savigny) mais la cohabitation de l’Homme et l’animal fut entachée d’histoires de saccages de cultures, alors des battues s’organisèrent pour éradiquer le redouté plantigrade qui appréciait blés et potagers ! Un ours empaillé est visible au Muséum de Genève, tué au Salève le 17 novembre 1821, il est pour la postérité « le probable » dernier spécimen originaire de nos montagnes. Rescapé de la terrible battue de Savigny en 1818, il tenta d’échapper à ses bourreaux en franchissant les hauteurs du Salève. Mal lui en prit, car un chasseur enorgueillit par son statut de héros « sauveur des femmes, des enfants et des poireaux » lui fit la peau !

Mieux vaut en rire, tant la fin est cruelle…

Nota Bene : En mémoire du dernier ours, une sculpturale statue du légendaire plantigrade est érigée sur le rond-point du village de Savigny.

*Source d’inspiration « Contes et légendes au Pays du Vuache » Dominique Ernst

#Et si c’était vrai !

Beaucoup diront que balivernes sont les légendes, pourtant le facétieux hameau de Chaumont ma « bel et bien » joué un drôle de tour ! Quelle ne fut pas ma surprise de découvrir le vénéré clocher de St Agathe coiffé d’un cœur nuageux ! Nul doute que nos vielles histoires ont encore de beaux jours devant elles !

À bon entendeur salut !

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est le-saule-et-leglantine_logo-3.png.

Rédaction/Photos/Moine Corinne

*Les textes sont l’entière propriété intellectuelle de la rédactrice.

*Les photos estampillées LS&L sont soumises à des droits d’auteur.

5 1 vote
Évaluation de l'article
Subscribe
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments