[metaslider id=101]

Derniers Articles

La chapelle de Retord

Un sanctuaire hors du temps...

lire la suite de l'article

D’une saison à l’autre

Balade en vers et en couleurs...

lire la suite de l'article

Abbaye d’Hautecombe

Une légende tombée du ciel...

lire la suite de l'article

À propos de moi

« La sagesse est une fleur merveilleuse, qui ne fane jamais »

À mon grand-père…

M’asseoir encore à tes côtés sur les talus de campagne, glisser ma main dans la tienne et se dire que le temps qui passe n’a plus d’importance…

Plonger dans ton regard émerveillé à la vue des abeilles qui s’affairent afin que vive le Monde.

C’est toi grand-père qui m’as appris que la nature fait grandir l’Homme et que celui qui l’ignore est un fourbe !

Sais-tu grand-père qu’aujourd’hui les abeilles se meurent par milliers et qu’à travers leurs ballets funèbres, le fourbe entrevoit les ténèbres de son inhumanité…

Je suis riche de ton enseignement, car tu m’as transmis la sagesse :

« Garde la en ton cœur pour toujours car c’est une fleur merveilleuse qui ne fane jamais… »

Tu te réjouissais humblement des moissons et des vieilles chansons, toi le paysan né digne fils de ta terre, poursuivant l’œuvre de tes aïeux, le dos courbé sur ta faucille, docile et résigné…

Désormais tu es la sente ombragée, où s’étiolent les parfums cramoisis des coques de châtaigniers.

Sais-tu grand-père que l’eau des rivières a le goût amer des jours qui déchantent, la terre vomit le poison de notre cupidité.

Tu es la caresse silencieuse du vent qui effleure mes yeux tristes, quand les vocalises des chardonnerets n’égayent plus les sous-bois, alors que se fut ainsi après les pluies d’autrefois.

Sais-tu aussi grand-père qu’on étouffe le chant glorieux du coq de ton enfance et que les cloches des églises sonnent le tocsin grinçant des jours sans lendemain.

Au loin, le soleil brandit le glaive de sa colère, enflammant l’horizon de présages de mauvais augures.

Pourtant certains prônent avec arrogance qu’il nous faut construire un monde meilleur, mais ils refusent d’entendre l’écho sourd qui gronde derrière le flanc des montagnes.

Gémirons-nous bientôt à voir s’éteindre pour toujours le chant radieux des oiseaux, comme si nous laissions mourir nos petits-enfants ?

Nous ne sommes que les pâles lueurs d’un monde dont nous chantons les louanges, mais que nous gâchons pour des desseins imbéciles !

L’argent est devenu le moteur de l’Humanité !

Les pierres érigées avec labeur par le passé dégringolent sous l’avidité de ceux qui nous leurrent avec des semblants de vérités !

Moi je dis mensonges !

Rude était ta vie grand-père, mais noble était ton cœur, toi le paysan pieux qui accueillait avec discernement les années sans récoltes, tel un sombre avertissement du « Tout-Puissant ».

Aux heures froides de l’hiver, quand les arbres dépouillés me clament leurs poésies muettes, j’entends ton pas bourbeux arpenter les sillons de ta terre, alors retentit allègrement dans mon cœur, la rengaine joyeuse des moissonneurs d’antan.

« L’envers du décor » MOINE Corinne

Rédaction/Photos/Moine Corinne


Lumière étrange sur la croix du Bret

Chêne centenaire

Entre ciel et terre

Soir d’orage

Poésie monochrome


Irène Boulogne a écrit

Au départ profitant de ma retraite, je voulais restituer à mes enfants et petits-enfants les souvenirs de ma mère exprimés oralement et consignés dans un cahier. Mais au fur et à mesure de leur restitution et vérification et mon intérêt personnel pour la sphère domestique paysanne, j’ai voulu développer les sujets présentés. Ceux-ci concernent davantage les aspects concrets de la vie quotidienne des femmes à cette époque à une époque où elles n’avaient aucun droit, seulement celui d’accepter, d’obéir et de travailler. Cette période a représenté aussi le passage entre la période industrielle après l’artisanat d’exception, la fin des petites exploitations où l’autoconsommation était la règle et la généralisation d’une agriculture industrielle accompagnés par le dépeuplement des campagnes pour un emploi à la ville. La pandémie actuelle permet d’ailleurs de mieux comprendre les risques de cette évolution sociétale. Ma mère trop marquée par les dommages de la guerre 14/18 avait gardé le travail comme valeur prioritaire. Ce qui a beaucoup évolué…, Vous pratiquez semble t-il avec bonheur la poésie, l’écriture et certains arts. Compliments. L’essentiel n’est-il pas d’exercer ce qui nous convient pour en faire profiter les autres. Bien sincèrement.

« La vie paysanne d’autrefois »

Visitez son site en cliquant le lien… : ici


Croix du Bret située à Chaumont Haute-Savoie

Chêne centenaire du plateau des Daines à Chaumont Haute-Savoie

Le Rhône sous Bange Clarafond-Arcine Haute-Savoie

*Désormais mes articles paraîtront une fois par mois : on ne peut pas être au four et au moulin ! À lire prochainement une histoire fascinante autour des portraits d’enfants de fin 1800… Vous pouvez également me suivre sur Facebook pour de nouveaux posts chaque semaine.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est le-saule-et-leglantine_logo-3.png.

*Les photos estampillées LS&L sont soumises à des droits d’auteur.

*Les textes portant un astérisque sont l’entière propriété intellectuelle de la rédactrice.

en apprendre plus