[metaslider id=101]

Derniers Articles

D’une saison à l’autre

Balade en vers et en couleurs...

lire la suite de l'article

Abbaye d’Hautecombe

Une légende tombée du ciel...

lire la suite de l'article

Silence, bain de forêt !

Les arbres ont beaucoup de choses à nous dire, à nous de les écouter...

lire la suite de l'article

À propos de moi

Moulin d’Héry Chessenaz*

Poète du vent...

Le vieux moulin s’agite je vois bien qu’il a froid, plus personne ne s’invite dans sa vie ici-bas, son meunier est parti pousser les ailes du vent, au grenier des étoiles il y a bien longtemps.

La glycine court encore et pare d’atouts charmants, le vieux poète de pierre qui pleure en s’endormant.

Fidèles oiseaux du ciel viennent le visiter, il ne fait point ombrage il est trop esseulé…

Ils chantent pour lui parfois de leurs voix de velours, lui fredonnent à l’oreille de tendres mots d’amour.

Il se souvient du temps où il donnait le grain à ses amis du ciel dans un gracieux refrain. 

Le jour berce calmement le vieux moulin qui dort, on entend son cœur battre sous les souvenirs d’or.

On venait de bien loin chercher la bise farine, pour fabriquer le pain à la croûte sublime.

Des grains de poésie d’un passé si lointain, c’était ainsi jadis ! Mon Dieu que c’était bien !

Les beaux joyaux s’étiolent puis les années s’affolent, parties et envolées les vraies choses du passé !

Un jour je reviendrai il ne sera plus là, dépouillé de son âme et de son cœur de bois, égrené le poète que j’aimais tant déjà !

Il aura retrouvé son ami le meunier, ensemble ils tourneront la grande roue enchantée.

Les grains d’or des souvenirs aux vents éparpillés et le ciel comme décor pour mon poète aimé.

« Poète du vent » MOINE Corinne

Rédaction/Photos/Moine Corinne

Retrouvez-moi sur Pinterest

Ailes du vent

Meunier en casquette -crochet de volets anciens-

De rouille et de lierre

Rose trémière

Poésie bancale


À méditer

« Quand reviendra l’automne avec les feuilles mortes, qui couvriront l’étang du moulin ruiné. Quand le vent remplira le trou béant des portes et l’inutile espace où la meule a tourné.

Je veux aller encore m’asseoir sur cette borne, contre le mur tissé d’un vieux lierre vermeil. Et regarder longtemps dans l’eau glacée et morne, s’éteindre mon image et le pâle soleil.

« Jean Moréas (1856-1910)

*Chessenaz/ 74270

Nota Bene : photo du moulin d’Héry réalisée avant son rachat, aujourd’hui c’est une propriété privée.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est le-saule-et-leglantine_logo-3.png.

Rédaction/Photos/Moine Corinne

*Les photos estampillées LS&L sont soumises à des droits d’auteur.

*Les textes sont l’entière propriété intellectuelle de la rédactrice.

en apprendre plus