[metaslider id=101]

Derniers Articles

Frissons d’automne

L'astre solaire blafard chancèle sur les berges du Rhône...

lire la suite de l'article

Poésie du vieux monde

Au pied du Vuache, l'illustre hameau de Chaumont veille sur ses légendes...

lire la suite de l'article

Un beau dimanche de mai…

Ses boucles emprisonnées sous les fleurs d’oranger éclairent son visage, d'une candeur solennelle. ...

lire la suite de l'article

À propos de moi

Moulin d’Héry Chéssenaz*

Poète du vent…

Le vieux moulin s’agite je vois bien qu’il a froid, plus personne ne s’invite dans sa vie ici-bas. Son meunier est parti pousser les ailes du vent, au grenier des étoiles il y a bien longtemps.

La glycine court encore et pare d’atouts charmants, le vieux poète de pierre qui pleure en s’endormant. Fidèles oiseaux du ciel viennent le visiter, il ne fait point ombrage il est trop esseulé. Ils chantent pour lui parfois de leurs voix de velours, lui fredonnent à l’oreille de tendres mots d’amour.

Il se souvient du temps où il donnait le grain à ses amis du ciel dans un gracieux refrain. Le jour berce calmement le vieux moulin qui dort, on entend son cœur battre sous les souvenirs d’or. On venait de bien loin chercher la bise farine, pour fabriquer le pain à la croûte sublime. Des grains de poésie d’un passé si lointain, c’était ainsi jadis, mon Dieu que c’était bien ! Les beaux joyaux s’étiolent puis les années s’affolent, parties et envolées les vraies choses du passé !

Un jour je reviendrai il ne sera plus là, dépouillé de son âme et de son cœur de bois. Plus que des planches éparses, quelques pierres çà et là, égrené le poète que j’aimais tant déjà ! Il aura retrouvé son ami le meunier, ensemble ils tourneront la grande roue enchantée.

Les grains d’or des souvenirs aux vents éparpillés et le ciel comme décor pour mon poète aimé.**

**Conte « Poète du vent » écrit par MOINE Corinne

Retrouvez-moi sur Pinterest

Les ailes du vent

Meunier en casquette -crochet de volets anciens-

De rouille et de lierre


À méditer

« Quand reviendra l’automne avec les feuilles mortes, qui couvriront l’étang du moulin ruiné. Quand le vent remplira le trou béant des portes et l’inutile espace où la meule a tourné.

Je veux aller encore m’asseoir sur cette borne, contre le mur tissé d’un vieux lierre vermeil. Et regarder longtemps dans l’eau glacée et morne, s’éteindre mon image et le pâle soleil.

« Jean Moréas (1856-1910)

*Chéssenaz/Clarafond-Arcine 74270

Nota Bene : photo du moulin d’Héry réalisée avant son rachat, aujourd’hui c’est une propriété privée.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est le-saule-et-leglantine_logo-3.png.

Rédaction/Photos/Moine Corinne

*Les photos estampillées LS&L sont soumises à des droits d’auteur.

*Les textes sont l’entière propriété intellectuelle de la rédactrice.

« Le temps est une ronde qui conjugue le présent en route du passé. »

Le temps est une ronde…

Bientôt il ne restera rien des charmantes histoires cachées derrière les murs de pierres dont les persiennes ajourées cachent encore des regards furtifs et silencieux. La palette délavée du passé oscille entre les lumières tamisées du présent et les éclaboussures poétiques du temps qui passe.

Je suis le miroir qui renvoie les sourires des ces vies inachevées …

Le tourbillon des saisons me murmure les chants de la terre d’autrefois là où dorment les serments pieux de mes ancêtres.

Je suis un tout, je suis un rien...

Si vous regardiez au-delà des couleurs surannées, vous remarqueriez que toute chose est à sa place. Le hasard n’existe pas, chaque message du passé nous interroge sur le sens de la vie elle-même. Sommes-nous faits de tout et de rien comme ces pierres ? De bien simples géants aux pieds d’argile !

Hélas, tous les rêves de gloire sont éphémères, ne reste que le temps, la rouille et la poussière…**

**La ronde du temps… » écrit par MOINE Corinne

Photo « La ronde » 1859 Fonds Eugène Trutat

Retrouvez « De tout et de rien » sur Pinterest

Entrée des artistes

Poésie bancale

Dentelle d’acier

Boule de cristal

Prière du jour

Vierge oratoire de Desingy 74270


Poésie du vieux monde

« Il n’est pas de plus tragiques poésies que les souvenirs qu’on oublie… »*

*MOINE Corinne

*Photo authentique numérisée/Collection personnelle

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est le-saule-et-leglantine_logo-3.png.

Rédaction/Photos/Moine Corinne

*Les textes sont l’entière propriété intellectuelle de la rédactrice.

*Les photos estampillées LS&L sont soumises à des droits d’auteur.

en apprendre plus