Nature bien inspirée !

Le cueilleur d’arbres…

Un vieil ermite qui arpentait les sentiers de la nature, s’arrêta pour un temps dans une contrée inconnue. Le paysage pourtant magnifique semblait inerte, ni chants d’oiseaux, ni même le souffle du vent. Un soleil glacial tapissait d’ombres pesantes l’orée de la forêt et des arbres aux ramures épineuses se dressaient en un rempart épais autour de la rivière asséchée. Sur un chemin escarpé, le vieux sage fit la rencontre de deux étranges personnages, ils parlaient avec éloquence et disaient chercher en vain « la fleur de vie éternelle ». Parce qu’il veillait sur les secrets de la grande magicienne Nature, notre sage ermite leur tendit la lanterne de sa connaissance afin de les éclairer juste un peu…

Par une nuit brumeuse, il s’assoupit au creux d’un grand chêne centenaire, il faut dire que bien que sa sagesse fut grande, son âge avancé lui pesait un peu parfois. Il laissa choir sa lanterne dans le tronc de l’arbre et s’endormit d’un paisible somme. Quand l’obscurité à la noirceur extrême plongea sur les taillis de la forêt, des hurlements effroyables le réveillèrent brutalement. Dans un sursaut de haine, des loups lui arrachèrent la lanterne de sa connaissance puis le firent trébucher.

Voyant sa fin très proche, le sage esprit brandit son bâton de pèlerin et se tourna vers ses assaillants avec un sourire rayonnant d’amour. Allez savoir pourquoi, le ciel soudain, se mit en rage… Des vents terrifiants rugirent des quatre points cardinaux, les arbres se dépouillèrent de leurs feuillages et du ciel tombèrent des étoiles de feu… Alors que les tonnerres du chaos jetaient des éclairs terrifiants sur le sol, une lumière de sagesse prodigieuse jaillit de la cime de l’illustre chêne. Son éclat magistral aveugla les loups qui tombèrent un à un dans l’abîme de leur trahison.

Lorsque le cri de leur désespoir se tut enfin, un ardent soleil réveilla des oiseaux multicolores, la rivière chanta à tue-tête, des myriades de fleurs incroyables recouvrirent les arbres de la forêt. Le vieil ermite reprit son bâton de sagesse et la lanterne de sa connaissance, car derrière la colline autrui l’attendait déjà. Morale de cette belle histoire : « La nature appartient à celui qui l’écoute, sa sagesse aveugle les ignorants… »**

**Conte « Le cueilleur d’arbres » écrit par MOINE Corinne

Vieux pèlerin 1930 Photo authentique numérisée



Hommage à Lorenzo Pellegrini

Son regard bleu est magnifiquement animé d’humilité, de bienveillance et d’amour… Jardinier de l’extrême grimpant aux arbres tel un écureuil agile, il cultive son monde végétal « en sourdine » bien loin des turpitudes de ses congénères humains. La forêt c’est toute sa vie et bien plus encore car il semble habité par une force étrange qui nous échappe et nous émeut profondément jusqu’aux larmes. Lutin jovial, minuscule, il caresse l’écorce, la branche et la feuille de « ses frères de sève » des colosses parfois séculaires, avec une compassion désarmante. Une communion absolue avec la nature que le vieux « troll bûcheron » cultive d’une main complaisante et maternelle… Incontestablement il a gardé cet âme d’enfant émerveillé dont la quête existentielle dépourvue d’artifices, nous invite à faire notre propre introspection. Lorenzo est parti rejoindre l’immense forêt des étoiles, un matin de juillet… On raconte d’ailleurs que depuis ce jour un vieil ermite au dos courbé éclaire de sa lanterne les promeneurs égarés…

« Le secret des arbres » Cliquez pour découvrir un monde fascinant…


« La nature appartient à celui qui l’écoute sa sagesse aveugle les ignorants »

Moine Corinne

*La photo en début d’article est prise sous Clarafond-Arcine avec vue sur le Vuache Haute-Savoie

*Photos prises sur la zone prorégée du plateau des Daines au pied du Vuache Haute-Savoie

Rédaction/Photos/Moine Corinne

*Les photos estampillées LS&L sont soumises à des droits d’auteur.

*Les textes sont l’entière propriété intellectuelle de la rédactrice.

5 1 vote
Évaluation de l'article
Subscribe
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments