Confidences de chineuse

La simplicité est un art qu’il faut savoir cultiver…

En mode brocante !

Les objets anciens ont souvent plusieurs vies qui s’entrecroisent au rythme des brocantes successives. Derrière chacun d’eux se cachent des histoires intimes, des anecdotes au combien surprenantes…

Il faut en percer les mystères, s’émouvoir pour imaginer cette deuxième vie qui prendra forme sous une nouvelle patine afin de s’accorder aux tendances d’aujourd’hui.

La brocante est un hobby divertissant et instructif, qui met en éveil la sensibilité « artistique » du/de la chineur/chineuse !

On apprend de ses « chines » c’est certain…

Je fuis les marchés d’antiquités professionnelles, je préfère déambuler dans les vide-greniers plus hétéroclites à mon goût. Une chasse au trésor ponctuée d’échanges « humains authentiques » et de trouvailles imprévues !

Une flânerie du dimanche qui vous permettra de rencontrer des gens passionnés : la brocante restant l’activité préférée des Français !

L’objet tant convoité viendra à vous au hasard d’une allée, alors ouvrez l’œil !

Rédaction MOINE Corinne

Retrouvez-moi sur Pinterest


Curiosité religieuse sous cloche

Vierge ancienne « Notre Dame de Lourdes » en régule*

Revisite en bleu gustavien

*La régule est un alliage d’étain/plomb/antimoine, principalement utilisé pendant la Première Guerre mondiale en remplacement du cuivre pour la réalisation d’objets décoratifs, le cuivre étant pour l’époque réservé pour la fabrication de minutions. Voilà donc un indice précieux qui vous renseignera sur la datation de ce type d’objets anciens.


Un objet, une histoire…

Le globe de mariée fut un cadeau de mariage inscrit dans la tradition de nos aïeux jusqu’au milieu du XIX è siècle

À l’origine cette cloche en verre servait à protéger les horloges de la poussière, elle trouva donc un second emploi… La jeune épouse y exposait sa couronne de fleurs d’oranger, des fleurs jadis naturelles symbolisant sa virginité mais qui furent progressivement revisitées en cire/soie car trop éphémères…

La colombe messagère d’amour porte en son bec la couronne nuptiale, un cercle honorifique sans début, ni fin, gage d’immortalité… Le coussin matelassé de velours rouge se nomme « calotte », ici les surpiqûres sont ouvragées avec de minuscules marguerites, cette fleur évoquant innocence et pureté…

La feuille de vigne est encore de nos jours une analogie « religieuse » à la fécondité terrestre et spirituelle. Les anciens très superstitieux conféraient des pouvoirs magiques aux miroirs* considérés comme des portes « de l’entre deux mondes » (vivant/mort). Dans cette représentation « minimaliste » (en bas du coussin) le miroir éloignait les forces occultes.

Mèches de cheveux d’enfants/chapelets de communion/etc, prenaient place dans le globe au fur à mesure des événements (heureux/malheureux) qui jalonnaient la vie du couple. À partir de 1914, la tradition a périclité, posséder un tel objet aujourd’hui est assez rare… Il faut s’émouvoir de son histoire pour en saisir toute sa valeur sentimentale….

*Dans la tradition de mes grands-parents, on recouvrait d’un voile noir les miroirs lors d’un décès ou d’une veillée funèbre, ainsi l’âme du défunt n’était empêchée de franchir l’autre monde !

*Montage photographique mettant en scène le mariage des grands-parents de mon mari originaires de Clarafond-Arcine, vous pouvez agrandir en cliquant la photo…


Sur le fil des mots…

Je vous invite à écouter ces mots émouvants qui relatent l’Histoire de cette sublime cloche en verre, vestige de notre patrimoine… Lorsque vous croiserez la route de cet objet « insolite » symbole d’une vie d’amour, nul doute que vous le regarderez avec d’autres yeux….


Mieux vaut en rire !

Mais quel goût maladif ont donc les gens à notre époque pour les choses d’une époque précédente, pour tout ce qui est vieux, pour tout ce qui a déjà servi ? Une dame vous montre sa bonbonnière avec orgueil et vous dit : « Elle est ancienne, vous savez ! Remarquez qu’en l’occurrence qu’aucune n’a l’idée de vous montrer son vieux mari et de vous dire en s’écriant : « Il est ancien ! » Ainsi vous paierez un vieux meuble dix fois plus que le neuf à la condition expresse qu’il ait servi au grand-père de n’importe qui ! Si nos descendants ont le même goût que nous pour les objets anciens, ils meubleront leurs appartements d’ici cent ans avec de déplorables résidus. Un vieux collectionneur aura chez lui « à dire d’experts » un petit téléphone ayant appartenu à une certaine Madame Millet, l’objet paraîtra touchant, ridicule et désuet… Les visiteurs interloqués diront alors :

« Et ils téléphonaient avec ça ! »

La manie de la brocante réserve de bien jolies surprises aux générations futures !

*Extrait d’un journal féminin de 1927…

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est le-saule-et-leglantine_logo-3.png.

Rédaction/Photos/ Moine Corinne

*Les photos estampillées LS&L sont soumises à des droits d’auteur.

*Les textes sont l’entière propriété intellectuelle de la rédactrice.

5 1 vote
Évaluation de l'article
Subscribe
Me notifier des
guest
1 Commentaire
plus anciens
plus récents plus de votes
Inline Feedbacks
View all comments